Odradek / Pupella-Noguès

Pôle de création et développement pour les arts de la marionnette

Odradek

Compagnonnages de la saison

compagnons déjà accueillis

Compagnie Et moi (Occitanie)

ABUELA

Spectacle théâtre-marionnettes
à partir du livre jeunesse « Abuela Grillo » de Liliana de la Quintana

Abuela Grillo » est un conte de la communauté indigène Ayoreo qui fait partie des peuples autochtones de Bolivie. Dans ces contes de la tradition orale, l’eau est le thème fondamental ; mais ils révèlent aussi les coutumes boliviennes et le quotidien des autochtones. Ainsi, récemment, des auteurs comme Liliana de la Quintana, ont mis en avant, à travers ces contes, les difficultés de vie des peuples de Bolivie confrontés à la violence, la pauvreté et la négligence des autorités face à leur condition. Dans le cas de « Abuela Grillo », l’histoire mélange 2 faits :
- La tradition face à l’importance de l’eau dans la vie des boliviens.
- Un événement historique survenu en 2000 à Cochabamba qui constitua le
début de la guerre de l’eau.
Cette guerre a commencé pendant la dictature d’Hugo Banzer qui avait décidé de
privatiser le droit de l’eau à travers la distribution attribuée à Aguas del Tunari et
qui s’était soldée par une augmentation des taux jusqu’à 300% de la valeur
initiale de l’eau.
Les manifestations ont fait un mort et au moins 160 blessés, et ont réussi non
seulement à ce que l’eau ne soit pas privatisée, mais a également contribué à
l’éviction du dictateur Banzer.
Ainsi, dans ces histoires, il y a une importance fondamentale accordée à la
relation étroite que les peuples autochtones entretiennent avec l’eau, les rapports
sociaux et le pouvoir économique qui en découle, ainsi que les inégalités
d’accessibilité liées à celle-ci.
Pour résumer l’histoire de « Abuela Grillo », dans la légende, elle est nommée
grand-mère de l’Ayoreo ou Laguna Direjná et était la propriétaire de l’eau.
« Une fois Abuela Grillo chanta tellement qu’elle inonda le territoire où son village avait
été créé. En colère de l’inondation, elle fut chassée par les habitants. En partant, Abuela laissa derrière elle une vague de chaleur qui sécha les récoltes et créa une terre aride. Quand les habitants réalisèrent ce qui se passait, ils partirent à la recherche de Grandmère Grillo pour un retour à la fertilité. »
Cette histoire doit être racontée en période de chaleur extrême, aussi longtemps
qu’elle sera perpétuée, la grand-mère Grillo enverra la pluie.
De cette histoire et de la guerre de l’eau, un court-métrage fut réalisé en 2009 par
Denis Chapon. Huit jeunes artistes boliviens ont reçu des bourses d’études du
gouvernement pour participer à sa réalisation à The Animation Workshop au
Danemark. La chanteuse Bolivienne Ludzmilla Carpio, auparavant ambassadrice
de Bolivie en France, prêta sa voix à Abuela.
Ce film est destiné à montrer la valeur de l’eau dans nos sociétés à travers un
groupe de personnages corrompus qui exploitent Abuela Grillo en récupérant
l’eau qui émane d’elle et en la vendant à la population à des prix absurdes et
inabordables.
En Septembre 2011, dans le cadre du « Green Festival International du Film", la
Fondation des amis de la nature ont donné une récompense spéciale au film
« Abuela Grillo ».