Odradek / Pupella-Noguès

Pôle de création et développement pour les arts de la marionnette

Faire coïncider le langage et la matière, donner à la matière la langue qui lui revient

Formation professionnelle Écritures/ Constructions/Jeux


Stage dirigé par Jean Cagnard, Polina Borisova, Pierre Tual
du 16 au 26 novembre 2020 stage de 70h

«  L’écriture est autour de nous, dans l’air, et il suffit de lancer la main devant soi pour en capturer un nid. Inutile de savoir écrire pour écrire. Un bon jeu de jambes et une bonne longueur de l’œil, ça vous contacte avec le monde, et les mots, quel que soit leur ordre d’arrivée, ont toujours une raison d’apparaître, une musique ou une surprise à défendre. Il n’y a pas de belles phrases, il y en a beaucoup ; il y a surtout ce qu’on a à dire par ce moyen-là, comment on existe librement ! »

PROGRAMME
Difficile de dire s’il y a une écriture spécifique pour la marionnette, mais à priori, on ne voit ce qui empêcherait l’appropriation d’un texte par une marionnette ou plus largement par la
« matière ». Encore faut-il une justification et un sens. Il s’agit peut-être simplement de faire coïncider le langage et la matière, donner à la matière la langue qui lui revient ou inversement, donner au texte le corps capable de l’incarner.
Dans un premier temps – un jour - il s’agira d’éprouver la « matière » de l’écriture, par de
petits jeux, voir comment elle se dilate ou se condense, comment elle se détourne : malaxer les mots, la syntaxe, prendre des permissions, s’autoriser. Puis à partir d’objets quotidiens, faire un petit tour du côté de la métaphore et de la poésie ou comment exprimer les choses dans la suggestion, chercher la distance d’écriture.
Dans un deuxième temps aborder plus spécifiquement la fiction et l’écriture dramatique : monologue, dialogue, chœur...à partir de situations et de thèmes donnés ou encore
d’inspiration libre.
La première production de textes sera l’occasion d’une réflexion sur le sens, la dramaturgie et donc le choix des marionnettes, avant de passer à la construction – rapide mais
circonstanciée - avec Polina Borisova et ensuite au plateau pour le jeu et la manipulation sous la direction de Pierre Tual. Des allers retours pourront se faire à tout moment entre les trois ateliers, retour à l’écriture, à la construction, au plateau, selon l’avancée
de chacune des propositions. Plusieurs propositions pourront être élaborées durant la durée du stage, permettant de mettre en jeu différentes écritures (dialogues, prose, poésie...)
Comme l’écriture et le théâtre ont leur part d’oralité, on ne fera pas l’économie de la lecture. Dire, lire ou entendre, c’est déjà en partie écrire.
« La marionnette fascine parce qu’elle nous représente et très souvent elle nous représente petits, plus petits que la taille des humains. Ce sont de grandes personnes petites. Des bonzaïs ! Le médium vers l’humain est à la taille de notre enfance, quand nous étions encore très libres de devenir des rêves. »

LES FORMATEURS :

Jean Cagnard, écrivain et metteur en scène
La naissance en 1955, pas loin de la mer, tout près de la métallurgie. Plus tard, pas mal de petits boulots, rencontre avec l’écriture, bonjour, des chantiers de maçonnerie, tout en écrivant. Puis les choses prennent leur place, certaines disparaissent, au revoir, d’autres se fortifient, on élargit la vie, écrire est ce qu’il faut faire à tout prix. Commençant par le roman, poursuivant par la nouvelle, le théâtre s’invite par des adaptations des deux genres précédents, avant de devenir prioritaire. La poésie pendant ce temps trace son chemin librement. Il écrit pour le théâtre de marionnettes et collabore depuis avec plusieurs compagnies (effigies, installation, vidéos…), pour des commandes qui ouvrent sur la relation au plateau. Puis découverte du travail de clown et du théâtre de rue. Plusieurs de ces textes ont été traduits et joués dans leur nouvelle langue, en espagnol, slovaque, roumain, anglais, allemand, chinois. En 2005, il crée la Compagnie 1057 Roses avec Catherine Vasseur, comédienne et metteure en scène.
Grand Prix de Littérature dramatique 2018, Prix Casterman 1996, Prix Prométhée 1990, finaliste des prix Collidram 2016 et Bernard-Marie Koltès 2017.

Pierre Tual, comédien-marionnettiste
Comédien-marionnettiste et metteur en scène, Pierre Tual travaille sur la rencontre entre le texte et la marionnette portant sur scène, souvent en solo, des textes d’auteurs contemporains. Il s’investit aussi dans des créations purement visuelles, où les mots cèdent leur place aux corps, aux images et aux objets manipulés.
Il se forme au métier de comédien-marionnettiste à l’École Nationale Supérieure des Arts de marionnette de Charleville-Mézières, 7ème promotion / 2005-2008.
En 2008, il démarre un compagnonnage auprès de Sylvie Baillon et du Tas de Sable – Ches Panses Vertes à Amiens.
En 2014, il crée son deuxième solo Fastoche à la Maison du Théâtre d’Amiens. Un spectacle pour acteur et marionnettes sur un texte de Laura Sillanpää, co-mis en scène avec Yngvild Aspeli, et accompagné au piano par Guillaume Hunout.
Outre ces projets, Pierre Tual a travaillé sur des spectacles de Polina Borisova, Alain Gautré, ou encore Paulo Duarte. Il est artiste associé à Plexus Polaire – Yngvild Aspeli (Signaux, Opéra Opaque et Cendres), et à la Cie Zusvex – Marie Bout (7 péchés, Alice pour le moment, Cent culottes et sans papier, Rio-Paris).

Polina Borisova, marionnettiste, plasticienne, créatrice de marionnettes
Diplômée de l’Académie Nationale d’Art Théâtral de St-Petersbourg, spécialité : construction de marionnettes et scénographie (Russie 1996-2001) et auteur d’une Thèse de 3ème cycle sur la "spécificité de l’influence du théâtre de marionnette sur le développement psychique de l’enfant" (2003-2005), Polina Borisova complète sa formation en obtenant, avec mention, son Diplôme de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts de la Marionnette à Charleville-Mézières (2005-2008).
En décembre 2010 Polina rejoint Odradek et la Compagnie Pupella-Noguès pour un compagnonnage professionnalisant durant lequel elle crée son spectacle Go !, et puis en 2014 – Skazka, qui tournent depuis.
Aujourd’hui elle continue son étroite collaboration avec Pupella-Noguès, anime des stages et master class en France, en Russie et aux États Unis, et s’engage sur des nouvelles créations, notamment avec Plexus Polaire (Ynvild Aspeli), Compagnie Zapoï, Compagnie La Soupe, Compagnie le bruit des Ombres.

Candidature :

Formation professionenelle de 70h pour marionnettistes, comédiens, scénographes metteurs en scènes, auteurs, circassiens, danseurs
Possibilité de prise en charge par AFDAS, PÔLE EMPLOI, CIF, DIF...
Lieu du stage : Odradek/Compagnie Pupella-Noguès, 46 chemin des rosiers Quint-Fonsegrives (Toulouse) Inscriptions : Dossier de candidature : lettre de motivation, C.V. à envoyer à : formation-odradek orange.f Infos : Centre Odradek/Compagnie Pupella-Noguès T. : 00 33 (0) 5 61 83 59 26
Odradek/Compagnie Pupella-Noguès est un centre de formation reconnu par l’Etat