Odradek / Pupella-Noguès

Pôle de création et développement pour les arts de la marionnette

Images choisies :

Documents à télécharger :

Le miroir aux fourmis

Haïku marionnettique pour enfants à partir de trois ans

“Tous ce que je peux vous promettre c’est que dans mon auberge les moustiques y sont petits”

Bashô

Les saisons et le temps qui passe

Le soleil, la pluie, le jour, la nuit, le temps passe.
Le ciel ne s’arrête pas de changer, la terre de tourner, et notre cœur bat au rythme du monde. Changent aussi les signes du temps et des saisons:les odeurs, la couleur, l’humeur : on se sent peut-être mélancolique à l’automne, mais épanoui à l’été...
Ainsi le Temps nous regarde, nous sculpte et nous transforme,il agit sur nous sans cesse, il passe sans discontinuer, impalpable et toujours présent.
Est-ce le temps, est-ce mon cœur qui marque la mesure ?
Haïkus de saisons et de la vie quotidienne, poésies de l’instant et de l’étonnement, pour arrêter un moment, le temps qui passe, et faire vibrer la parole poétique dans l’espace scénique.
Ce spectacle est un haïku théâtral et musical avec son ironie espiègle, son immédiateté digne d’une photo polaroid, sa sincérité et sa simplicité, son éclair qui résonne en nous longtemps après.





Les Haïkus

Une série de résidences d’invention poétique et de lectures/ parcours ( La Boitaïku), créés au cours de la saison 2005/2006 et accueillies par nos structures partenaires (Le Parvis Scène Nationale, Le Centre Culturel de Ramonville, le Centre Culturel de Sain t-Yrieix), a nourri le processus de création du spectacle.
Cette démarche particulière nous a amené à partager avec les enfants la drôlerie et l’émotion contenues dans le Haïku, cette forme poétique aussi légère et rapide qu’un battement de paupières.

Le spectacle

Le miroir aux fourmis : un spectacle pour parler avec fraîcheur et humour du monde qui nous entoure au rythme du temps qui passe, des quatre saisons et du cycle jour/nuit, des évènements de la vie, avec malice et impertinence, dans une écriture scénique ouverte qui met en évidence la fulgurance du mot et ses résonances.
Dans une scénographie autonome ouverte et modulable , un acteur –marionnettiste seul en scène, Giorgio Pupella, accompagné d’un musicien/compositeur, Victor Betti, seront les guides du spectacle, à la découverte d’un espace scénique en transformation continue. Marionnettess et objets qui montent et descendent des cintres, projections vidéo de paysages et atmosphères, jeux de sonorités sur des instruments “bricolés”:il s’agit de mettre en parallèle le geste poétique et le geste théâtral comme de mettre en relation le rythme si particulier du haïku avec les mouvements du comédien et du musicien.
Cette nouvelle création de la Compagnie est un spectacle de marionnettes et d’ombres où la partie “mécanique” est très importante : des principes d’action à distance, de mécanismes à surprises ou “d’accidents”, viennent étonner et émouvoir les spectateurs.
Une histoire de manipulation d’objets, de marionnettes,d’images vidéo, de son, d’assemblages d’évènements mais aussi de mots.
Une attention particulière, bien sûr, à l’accueil des jeunes spectateurs.
Mais chut, c’est un secret...
Ensemble, vers la légèreté et l’émotion, le décalage et l’humour, pour capturer ces instants précieux, percevoir le battement de l’existence qui passe… et fëter le plaisir de vivre.
Joëlle Noguès et Giorgio Pupella

Distribution :


Mise en scène : Joëlle Noguès
Écritures : Giorgio Pupella, Joëlle Noguès
Composition Musicale : Victor Betti
Conception et réalisation vidéo : Pierre Noguès
Création Lumière : Myriam Bertol
Fabrication Décor : Delphine Bailleul, Joëlle Noguès, Giorgio Pupella
Graphisme : Michel Strauss
Avec : Giorgio Pupella, Victor Betti, Cyril Deguilhem
Coproduction : Compagnie Pupella-Noguès, Ville d’Issoire
En partenariat avec le Centre Culturel de Ramonville, le Parvis, Scène Nationale, le Centre Culturel de Saint-Yrieix.
Principales Tournées
- Le Parvis,Scène Nationale
- Centre Culturel de Ramonville
- Graines de spectacle -Clermont-Ferrand
- Odyssud Scène conventionnée
- Festival Les Rêveurs Éveillés- Sevran
- Festival de Villeurbanne
- Théâtre de Bourg-en-Bresse, Scène conventionnée
- Festival Voyage en marionnettes en Val de Marne
- CIRCA/ Circuits, Scène conventionnée d’Auch
- Le Volcan, Scène Nationale/Ville du Havre/
- Festival Enfantillages- CDN Montpellier/
- Festival Les Giboulées- CDN de Strasbourg-TJP
- L’Espace, Scène Nationale de Besançon
- Le Rayon vert scène conventionnée de Saint Valéry en Caux
- Théâtre d’Aurillac, Scène conventionnée
- Festival du Val D’Oise
- Scène Nationale de Sète
- Gallia Théâtre, Scène conventionnée
- Les sept collines, Scène Conventionnée
- Festival Manimagine de Thorigné
- Festival de la marionnette de Chateaurenard
- Festival Ô 4 vents-Paris
- Festival International de Neuchâtel(Suisse)
- Festival Immagini dall’Interno de Pinerolo (Italie)
- Festival de Titelles de Valls, Fira de Igualada, Festival Teatralia de Madrid, Festival Titirijai de Tolosa, Festititeres de Alicante (Espagne)

Presse :

Le miroir aux fourmis

(...)
Con interpretación del mismo Giorgio Pupella, respaldado por Victor Betti y Cyril Deguilhem, y con dirección escénica de Joël Noguès, “Le miroir aux fourmis” es, como dice la misma directora, un “poema escénico”. Con el apoyo de unos pocos “haikus” procedentes de varios autores, algunos escritos por niños en trabajos previos de la compañía, la obra tiene como argumento el no argumento del simple paso del tiempo. El hilo narrativo, si es que así puede llamarse, está constituído por las cuatro estaciones del año, que dan pie a los distintos momentos de la obra y a los personajes que surgen de ellos. Es la naturaleza y el ritmo de las estaciones lo que nutre de formas, dibujos, palabras y seres animados la escena. Ritmo y tiempo marcados por las bellas imágenes que van desfilando sobre la pantalla, y por los sonidos la mayoría de ellos emitidos en directo por el manipulador músico, mientras el otro ayudante, en función de técnico tramoyista, maneja los hilos del barco que también es el telar de un teatro mundo que es la naturaleza en su conjunto. Es un barco mundo que navega a merced de las estaciones y del tiempo que marca sus ritmos con una apariencia de enorme sencillez y mediante un lenguaje limpio y sintético.

La obra encandiló a los niños y a los mayores que asistimos al rito teatral de ver al Tiempo pasar en escena. Un espectáculo que funciona como el mecanismo de un reloj de pulsiones manuales pero con una precisión de orfebre. Como dije al principio, impecable y deslumbrante. Pensé que una obra así es fruto de la madurez de años de trabajo y de investigación, que los de Pupella-Noguès llevan haciendo sin concesiones a la galería y con un serio compromiso con la creación. Esfuerzos que pueden dar perlas como es ese “Miroir aux forumis”.

Toni Rumbau, 23 novembre 2009, titeresnet.com